01 mars 2011

Hôshin ~ fiche signalétique

Bonsoir à toutes et à tous !

Je vais vous parler d'un manga qui m'est très cher, assez incompris, quelques défauts, énormément de qualités, je veux parler de Hôshin ~ L'Investiture des Dieux.

 

Page33b

 

Vu toute l'affection que je porte à cette série, il serait inconvenant de ma part de "juste" donner mon avis en un petit billet. Je vais donc vous analyser ce manga à la loupe. Je commence aujourd'hui avec la fiche de présentation de la série et de l'auteur et je poursuivrai avec l'analyse arc par arc en faisant en sorte que n'importe qui puisse la lire, sans spoil. Je réfléchis encore à quelques articles annexes, notamment l'animé. Je parsemerai mes billets dédiés à Hôshin avec les magnifiques artworks de son auteur dont beaucoup (voire tous) seront tirés de l'artbook Putitakityu. Let's started !

L'auteur : Ryu Fujisaki

8561

Ryu Fujisaki est né le 10 mars 1971 à Mutsu, dans la préfecture d'Aomori. C'est un mangaka très discret. Pour preuve, je n'ai pas réussi à trouver de photos de lui, et son nom est un pseudonyme. Enfant, il se passionne pour les mangas, notamment Ring ni Kakero de Masami Kurumuda. Il remporte les 39ème et 40ème Tezuka Awards, montrant au grand public qu'il a du talent à revendre !

Voici sa mangagraphie :

- WORLDS (1992) : recueil de cinq histoires courtes publiées dans le Jump, Worlds, Tight Hope, Shadow Disease, Soul of Knight.

- Psycho + (1993) : histoire en deux volumes publiée dans le Jump.

- Hôshin (1996-2000) : sa grande saga de fantaisie qui l'a fait connaitre.

- Dramatic Irony (2001) : recueil d'histoires courtes, dont une parodie de Hôshin.

- Sakuratetsu Taiwahen (2002) : histoires en deux volumes mettant en scène tout une tripotée de personnages loufoques et parodiant la philosophie.

- Wâqwâq (2005) : manga de science-fiction en quatre volumes.

- Shi Ki (2008 +) : manga d'horreur adapté des romans de Fuyumi Ono. Cette série est publiée en France depuis mars 2010 chez Kazé Manga.

Malgré des périodes creuses, Fujisaki a signé bon nombre d'ouvrages avec des thèmes relativement variés, mais présentant quelques caractéristiques communes, à savoir une forme d'humour dont seul Fujisaki a le secret et un chara-design très particulier et totalement inédit, qui peut produire un effet repoussoir pour une catégorie de public. Je reviendrais plus tard sur le design (probablement dans un billet spécial), il serait dommage de cataloguer son trait comme "moche" comme j'ai pu le voir sur certains forums (si vos yeux vont biens, il est impossible de trouver moches les artworks que je posterais).

Informations de base sur le manga

Page63

 

Hôshin, de son titre français complet Hôshin ~ l'Investiture des Dieux et de son titre original Houshin Engi est un manga adapté d'un des quatre grands classiques littéraires chinois, l'Investiture des Dieux. Le manga reprend les personnages et quelques évènements clés, mais toute l'intrigue est remodelée pour en faire un manga plus nekkestu qu'historique. Il est publié dans le Weekly Shônen Jump de 1996 jusqu'à la fin de l'année 2000. Hôshin et Yu-Gi-Oh ! sont les deux seules nouvelles séries du Jump en 1996. Le titre est cloturé en 23 volumes, étant ainsi la série la plus longue de Fujisaki à ce jour. Elle est publiée dans plusieurs pays, notamment en Chine, en Allemagne et aux USA.

En France, le manga est publié chez Glénat dans sa collection Shônen, dont la parution s'est faite entre 2001 et 2005. À noté que les quatre premiers volumes ont été édités sans jaquette et avec un fond de couleur différent du fond blanc original. Les volumes suivants ont été modifiés pour se rapprocher de l'original et les quatre premiers volumes ont été réédités. L'édition de Glénat est satisfaisante. La traduction est fluide, et le traducteur, Sylvain Chollet a opté pour conserver les noms chinois du roman d'origine, et non pas pour les noms japonais, initiative très surprenante qui donne de la personnalité à notre édition française ! On n'échappe toutefois pas à quelques "mélangeages" de pinceaux sur ces mêmes noms, les traducteurs n'étant pas habitués au Chinois, ainsi qu'à quelques coquilles. Mis à part ça, le papier est de qualité et les premiers volumes offrent des pages bonus sur le roman d'origine, la bio de Fujisaki et quelques explications sur des passages un peu controversés. Le manga est actuellement disponible au prix unitaire de 6€90.

Le manga a pour héros l'immortel taoïste Taigong Wang (voir image ci-dessus). Il est chargé par le vieux maitre Yuanshi d'exécuter le plan Hôshin : il doit descendre sur Terre pour abattre les 365 monstres-immortels qui utilisent leur pouvoir à des fins néfastes pour les humains. Leurs âmes seront emprisonnées dans la Tour Hôshin. Le plan Hôshin vise en particulier Daji, une monstre-immortelle qui a séduit l'actuel roi des Chinois, Zhou, et toute sa cour grâce à son châle d'envoûtement. Depuis qu'elle dirige le pays officieusement, la misère s'abat dans le monde des hommes. Yuanshi aide Taigong en lui attribuant Sibu-Xiang, une monture magique aux allures d'hippopotame, ainsi qu'un baobei (arme magique), la Badine Divinicide.

Voici le plot de départ, qui occupera les quelques premiers tomes. L'intrigue se compléxifie ensuite, et une narration par arc apparait.

Pour clore ma présentation, j'indique juste que les genres abordés dans Hôshin sont divers : bien entendu l'aspect historique est présent, notamment lors des scènes de bataille, mais Hôshin est surtout un manga d'héroic-fantasy, qui frôlent la science-fiction à certains moments de l'histoire. Hôshin use et abuse de l'humour, qui, comme je l'ai déjà indiqué, est propre à Fujisaki. Cet humour peut d'ailleurs déranger certains lecteurs. Et surtout, Hôshin est un manga de baston. Attendez vous à des combats épiques avec des personnages aussi charismatiques que flamboyants !

Suite au prochain épisode, avec la description de l'arc introductif (tomes 1 à 9). Je rappelle que je ferais en sorte de ne pas spoiler, le but étant de donner envie de lire en montrant un aperçu de l'histoire et non pas de raconter le manga.

To be continued

 

Posté par Raimaru à 22:05 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Commentaires sur Hôshin ~ fiche signalétique

    Joli. J'ai hâte de lire ta description du premier arc. De mon côté je vais prendre mon courage à deux main et continuer ma lecture d'Hoshin. J'avoue avoir eu assez de mal à comprendre en quoi Hoshin est exceptionnel.

    Sinon pour la traduction c'est assez bizarre en effet.

    Posté par Meloku, 02 mars 2011 à 00:29 | | Répondre
  • Merci ^__^
    J'ai tendance à dire ça souvent dans les shônens, mais... 'faut pousser la lecture plus loin. L'histoire gagne en consistance, le trait devient plus fin, d'autres personnages très intéressants apparaissent (Zhao Gongming et Wang Tianjun surtout). Hôshin a la particularité d'être à la fois classique et surprenant.

    Pour la traduction, je n'imagine plus utiliser les noms japonais *___* J'ai pleinement adhéré au choix de Chollet (traducteur dont je n'apprécie pourtant pas toujours le travail, One Piece par exemple) et j'ai fini par assimiler les noms des trois quarts des persos aussi bien que pour un autre manga.

    Posté par Raimaru, 02 mars 2011 à 00:59 | | Répondre
  • Très bonne entrée en matière, vivement la suite.

    Bon courage, Rai.

    Posté par Van Burace, 02 mars 2011 à 13:55 | | Répondre
  • Merci, je tâcherai d'être à la hauteur o/

    Posté par Raimaru, 02 mars 2011 à 14:01 | | Répondre
  • Bravo Raimaru, tu réussis là où j'échoue depuis quelques années : arriver à parler de Hoshin sans m'enfermer dans mon fanboyisme et partir dans tous les sens. Cette entrée en matière est assez habile, je me demande si je vais pas m'en inspirer pour un éventuel dossier :p T'auras même réussi à me faire apprendre un truc ! (Le fait que ça a été la même année que Yugioh XD)

    Il est très difficile d'argumenter sur la série tant elle fait surtout appel aux coups de foudre. Le graphisme, le style anachronique, l'humour omniprésent entre le potache et l'absurde... ça a vraiment de quoi diviser, mais j'ai choisi mon camp ! Cela dit, dans la marée actuelle des sorties, je me demande comment cette série atypique se débrouillerait...

    Bref, bravo, et j'attends de lire la suite !

    Posté par Wang Tianjun, 02 mars 2011 à 21:12 | | Répondre
  • Voilà, c'est ton commentaire que j'attendais Wang, pour embrayer o/
    Merci de ton encouragement, je suis conscient que tu sera mon premier lecteur là-dessus, et c'est d'autant plus dur que tu es chroniqueur xD
    C'est pour ça que j'attends de toi que tu me dises quand je fais fausse route. Bref, on aura longuement le temps de parler de Hôshin pendant plusieurs semaines. J'ai vraiment l'intention de faire un paquet de billets, et pour ne pas lasser les non-fanboys, je parlerais d'autre chose entre deux.

    Cela dit, je pense clairement pouvoir lancer sur la table d'énorme points positifs sur la série. Pour moi, Hôshin n'est pas un shônen totalement innovant, comme JoJo's Bizarre Adventure par exemple, mais dans la catégories des "bons gros shônens de nekketsu", c'est ce qui se fait de mieux.

    Posté par Raimaru, 02 mars 2011 à 21:38 | | Répondre
  • (J'attends avec (presque) autant d'impatience la sortie française d'Oyasumi Punpun et le dossier de Wang sur Hoshin)

    Posté par Meloku, 03 mars 2011 à 02:25 | | Répondre
  • Et comment ! On attend le dossier sur ton manga préféré Wang \o/

    Posté par Raimaru, 03 mars 2011 à 20:52 | | Répondre
  • Plus vous me mettrez la pression, moins ça me donnera envie de le faire ! XD

    Posté par Wang Tianjun, 04 mars 2011 à 14:44 | | Répondre
Nouveau commentaire