05 mars 2011

Hôshin ~ l'arc introductif

Bonsoir chers lecteurs !

Comme convenu, la suite de la série de billets sur le manga Hôshin, c'est maintenant ! Avec la description de l'arc introductif s'étendant du tome 1 au tome 9.

Page31a

Taigong Wang contre son premier adversaire : Shen Gongbao

Le contexte

Taigong Wang est un jeune immortel de 72 ans. Il est le disciple du Vénérable Yuanshi, le maître des Monts Kunlun, domaine céleste réservé à des divinités. Un jour d'entrainement comme un autre, il méditait lorsque Grue-Blanche, un oiseau immortel, l'avertit que Yuanshi veut le voir. Yuanshi lui confère l'exécution du plan Hôshin, qui vise à exterminer 365 monstres-immortels et à enfermer leurs âmes dans la Tour Hôshin, afin de rétablir la paix et par la même occasion de secouer Taigong, un peu feignant. Cette mission sous-entend surtout éliminer Daji, actuelle maitresse du Roi Zhou. Cette dernière s'approprie le pouvoir de la nation depuis des siècles en séduisant les rois de la dynastie des Yin. Dès qu'elle obtient le pouvoir dans l'ombre du Roi, elle se révèle égoïste et sadique envers le peuple. La situation devenant infernale, les immortels décidèrent d'intervenir.

Dans cet arc, on suit Taigong qui va d'abord tenter de vaincre Daji, puis après avoir subi un écher cuisant, se résoudra à trouver des alliés. Les batailles se succèderont entre l'équipe de Taigong et les sbires de Daji et Wen Zhong, le général des Yin.

Page34c

Taigong et Sibu-Xiang méditant, lorsque Ji-Chang les rejoint...


Les personnages importants

76766

Taigong Wang, héros de l'histoire. Avant d'être immortel, tout sa minorité éthnique a été décimée par les troupes des Yin aux ordres de Daji, qui avait séduit le roi de l'époque. Le plan Hôshin est pour lui l'occasion de vaincre Daji qui répand le mal sur Terre, il ne le sait que trop bien. Le caractère de Taigong est assez atypique pour un héros de shônen : il n'est pas un personnage très puissant et ne semble pas destiné à le devenir. C'est un fin stratège qui use de méthodes tordues pour toucher au but, quitte à le faire passer pour un salaud. Mais qu'importe, la finalité et de faire le bien du peuple.

Daji

Daji est l'antagoniste de Taigong. Pour contrer les assauts de Taigong, elle prendra les devants en envoyant des monstres-immortels et fera en sorte d'avoir des coups d'avance face à lui. Car oui, ces deux personnages usent avant tout de ruses et tactiques pour s'affronter et se faire fléchir...

77475

Nazha est un homme-baobei. Il est né à moitié machine de guerre suite à l'intervention d'un des Douze Grands Célestes : Taiyi le Véritable. Mort face à un dragon puis ressuscité à partir d'un lotus, il nourrit une rancune envers son père qui a profané sa sépulture. Taigong en fera un allié après avoir stoppé sa colère contre son père.

77472

Yang-Jian est un disciple immortel tout comme Taigong. Maître dans l'art de la métamorphose, il est aussi puissant qu'intelligent et s'avérera le second de Taigong en quelque sorte.

HuangFeiHu

Le Maréchal Huang est au service du Roi Zhou et des Yin depuis toujours. Il a assez de force mentale pour résister à l'envoutement de Daji, ce qui le rend clairvoyant sur la situation. Il cherche au début de l'histoire comment vaincre Daji sans trahir Zhou, et il voit de l'espoir en Taigong.

77473

Wen Zhong est le général des armées des Yin depuis plusieurs siècles. Il est aussi le meilleur ami du Maréchal Huang. Tout aussi conscient que lui que c'est Daji la source du mal, il se voit toutefois obligé de cohabiter avec elle car sa fidélité envers les Yin est absolument sans faille et il éliminera quiconque s'opposera à cette lignée.

77471

Shen Gongbao est un immortel âgé de 5000 ans. Sous ses airs de clown se cache en réalité l'un des personnages les plus puissants de Hôshin, fréquemment sous-entendu comme plus fort que Daji. Au début de l'histoire, il est l'allié de Daji et se proclame le rival de Taigong. En réalité, Gongbao n'est pas tant attaché que cela à Daji, il est plutôt neutre. Sa situation dans toute cette histoire est de prime abord déboussolante, mais le lecteur sera rapidement mis au courant de ses intentions : il cherche le grand frisson et n'intervient que lorsque ça en vaut la peine. Il veut une belle histoire. Gongbao est en quelque sorte un narrateur invincible et érudit, et le décalage entre sa force de caractère et son apparence en fait un de mes personnages préférés tous mangas confondus. Pour preuve de sa prestance, il possède Hedian-Hu, la plus puissante des montures magiques, et le Fouet de la Foudre, le plus puissant de tous les baobeis.

Les autres personnages importants :

- Ji Chang : Duc des provinces de l'Ouest, doté d'un profond sens de l'humanisme, il va se dresser contre l'autorité des Yin et de Daji en fondant sa propre armée, et désignera Taigong comme stratège.

- Sibu-Xiang : la monture magique de Taigong qui est son plus fidèle serviteur. Il est sa voix de la raison.

- Wuji : un jeune bûcheron doté de capacités surhumaines et qui se proclame disciple de Taigong.

- Tianhua : fils du Maréchal Huang et immortel, il aidera Taigong lors des affrontements contre les monstres-immortels.

- Ximei et Guiren : les soeurs de Daji qui l'aident dans ses méfaits.

- Lei Zhenzi : fils de Ji Chang, immortel capable de manipuler le vent et la foudre.

- Yin-Jiao et Yin-Hong : les deux fils du Roi Zhou, pourchassés par Daji.

Page33a

Les deux princes Yin-Jiao et Yin-Hong face à leur destin de descendants des Yin...

Mon avis sur cette partie

L'arc introductif de Hôshin est nécessaire pour mettre en place les personnages, en particulier Taigong et Daji, dans leur environnement : une Terre où l'humanité est représenté par les Chinois, où les immortels et les monstres existent. Gare cependant au piège : les immortels peuvent mourir comme leur nom ne l'indique pas. Ce sont juste des humains supérieurs et qui ne vieillisent pas.

Cela dit, cet arc est de loin pour moi l'arc le moins passionant de tout Hôshin. Sans doute Fujisaki respecte-t-il encore trop le roman d'origine, les scènes de combat manquent d'impact et le tout manque d'entrain. L'arc contient en particulier deux combats majeurs : le premier contre les quatres ermites de l'ïle aux Neufs Dragons et le second contre les quatre généraux Mo. Tout deux se révèlent divertissants sur le coup, mais loin d'être exceptionnels, surtout quand on a lu la suite.

Page28

Les ermites de l'Île aux Neuf Dragons


Les personnages sont tout simplement introduits, et la plupart sont complètement barrés. Il faut tout de même savoir une chose : tout au long de l'aventure, ils resteront complètement dingos, mais certains verront leur histoire plus développée (yang-Jian, Taigong, Daji et un peu Tianhua notamment). Le seul qui sera vraiment mis à nu dans cette partie même, c'est Wen Zhong.

Enfin, cette partie, comme les autres, et à l'inverse de l'animé, contient des scènes très crues par moment. Notamment une qui a fait polémique si on en croit les allusions de Sayonara Monsieur Désespoir, manga dont j'ai parlé précedemment. Cette scène se situe dans le tome 4 et ceux qui y sont arrivés comprendront que c'est glauque (mais présent dans le roman d'origine). Hôshin est un shônen plutôt violent donc.

Page35a

Le combat contre les généraux Mo

Conclusion ?

Malgré un final qui montre le choix douloureux que doit prendre Taigong et créé une réelle émotion, on remarque que Fujisaki décide d'embrayer rapidement et fait vite intervenir Zhao Gongming, un personnage qu'il a introduit discètement quelques tomes auparavant. Et croyez-moi... Je n'ai plus décroché de Hôshin dès lors ! Fujisaki montre réellement de quoi il est capable après cette introduction et se lâche ! Il serait dommage de s'arrêter avant d'avoir passé la dizaine de tomes au moins.

Suite au prochaine épisode avec la description de l'arc "Chute de Zhao Gongming" (tomes 10 à 12).

To be continued

 

 

Posté par Raimaru à 19:34 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Commentaires sur Hôshin ~ l'arc introductif

  • Voilà qui donne sacrément envie. J'ai hésité à reprendre ma lecture de Hoshin la semaine mais j'ai privilégié d'autres manga.

    Les personnages dont tu parles ont l'air d'avoir chacun un sacré charisme. J'ai beaucoup aimé Shen Gongbao, il m'a donné l'impression d'être tout droit sorti de Final Fantasy 9 (même si Hoshin est sorti avant si j'ai tout suivi).

    Sinon j'ai un problème avec les shonen de bastons. Les trop classiques en particulier. Mais ça:
    "il n'est pas un personnage très puissant et ne semble pas destiné à le devenir. C'est un fin stratège qui use de méthodes tordues pour toucher au but, quitte à le faire passer pour un salaud."
    ça me plait. C'est pluôt prometteur. Quand tu dis salaud c'est salaud vraiment salaud, ou comme lors de son premier combat ?

    Bref tu m'a donné envie de continuer la série (enfin, je l'aurai bien reprise un jour ou l'autre de toutes façons ^^')

    Posté par Meloku, 06 mars 2011 à 01:02 | | Répondre
  • Taigong reste quand même le héros, et à aucun moment on ne le prendra pour un vrai méchant. C'est comme dans le premier tome, il utilise quelques bassesses pour arriver à ses fins.
    Par contre, à la fin, tu apprendra qu'il n'est pas si "lumineux" que ça. Tu verras, c'est d'ailleurs un sacré retournement de situation.

    Je t'avoue que comme je l'ai déjà dit, Hôshin n'est pas très novateur, mais Erkael a dit "Hôshin est un shônen qui sait jongler avec les codes du genre", et tu ne le saura que trop bien au tome 12, un tome vraiment mythique. Je me demande comment je vais faire d'ailleurs pour ne pas spoiler ><

    Content de t'avoir donné l'envie. Je ne garantis pas qu'Hôshin restera dans ta mémoire, mais je l'espère. Et j'espère aussi que tu ne t'arrêtera pas en cours de route, car le dernier arc a pour base une théorie très très fantaisiste de la création de l'humanité, et ça c'est assez puissant.

    Posté par Raimaru, 06 mars 2011 à 01:46 | | Répondre
  • Hoshin, c'est la classe

    Ralala Hoshin! Un des mangas qu'un ami m'avait fait découvrir au lycée, et que j'ai fini...L'année dernière à peine...Bref bon article, c'est vrai qu'il serait dommage de s'arrêter avant d'avoir passé les 10 premiers tomes, surtout que Taigong devient ENFIN classe à la fin de la série.

    Et l'humour omniprésent en fera succomber plus d'un, c'est sûr, dommage en revanche que ce titre passe inaperçu à côté des blockbusters actuelles comme Naruto par exemple.

    Posté par Yomigues, 10 mars 2011 à 22:11 | | Répondre
  • Mouairf, au début aussi je trouvais Taigong pas terrible. Mais après plusieurs relectures, j'ai fini par l'apprécier ces actions et sa personnalité dès qu'il apparait. C'est franchement un héros peu banal.

    C'est vrai que c'est dommage que la série se fasse éclipser par d'autres, mais elle a la chance d'être publiée chez Glénat, le seul éditeur qui a décidé depuis peu de ne jamais stoppe ces séries, je pense que c'est valable aussi pour les arrêts de com (à l'exception de Pineapple Army, récemment retiré du catalogue, mais c'est tout à fait compréhensible). Bref, si quelqu'un veut tenter l'expérience, il peut quand il veut =)

    Posté par Raimaru, 11 mars 2011 à 17:48 | | Répondre
Nouveau commentaire